Comprendre
Article
Intermédiaire

Devenir travailleur indépendant en situation de handicap

Vignette
Vignette
Légende
Des dispositifs existent !
-
Crédits
Wavebreakmedia /istock.com
La création d’entreprise peut être une solution pour créer ou retrouver un emploi. Pour une personne en situation de handicap, un accompagnement adapté et un suivi tout au long du projet sont possibles. Des aides peuvent également être accordées sous certaines conditions.

La reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH)

Elle est attribuée par la CDAPH (Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées) et permet d’accéder aux dispositifs spécifiques d’insertion professionnelle, de maintien dans l’emploi ou d’aide à la création d’entreprise (accompagnement et aides financières par exemple). Pour obtenir cette reconnaissance, il faut s’adresser à la MDPH (maison départementale des personnes handicapées) ou à la MDA (maison départementale de l’autonomie) de son département. Les délais de réponse étant souvent assez longs, six mois en moyenne et parfois plus, il vaut mieux donc anticiper.

Élaborer son projet

Réseau d’une centaine d’organismes de placement spécialisés, Cap emploi intervient pour les questions liées au recrutement et à l’insertion des travailleurs handicapés. Il aide le futur créateur à mieux définir son projet, à monter son dossier de demande de subvention et l'informe quant à l’existence de structures d’aides et de suivi, conventionnées par l’Agefiph (Association de gestion du fonds pour l'insertion professionnelle des personnes handicapées). Une fois le projet étudié, Cap emploi peut diriger le travailleur handicapé vers une boutique de gestion (BGE) ou un réseau d’accompagnement à la création d’entreprise. L’Union professionnelle des travailleurs indépendants handicapés (Uptih) propose aussi un accompagnement grâce à différents modules (notamment tutorat bénévole, mentorat, coaching ou ateliers).

Quelles aides ?

L’Agefiph aide les demandeurs d’emploi handicapés lors d’une création d’activité ou d’une reprise d’entreprise. Elle accorde, au démarrage de l'activité, une aide financière forfaitaire de 5 000 € en complément d'un apport en fonds propres de 1 500 €. Elle propose en plus une trousse de première assurance comprenant trois garanties : multirisque professionnelle, prévoyance (accident et maladie) et santé (soins médicaux, dentaires et hospitalisation).

 

L’obligation d’emploi

Depuis la loi du 6 août 2015 pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques (dite « loi Macron »), les travailleurs indépendants reconnus handicapés peuvent être comptabilisés dans le calcul du taux d’emploi des entreprises soumises à l’obligation d’emploi avec lesquelles ces travailleurs indépendants passent des contrats.

Aller plus loin...

Comprendre
Article
Auteur
Onisep

VOIR AUSSI…