Menu
Comprendre
Article
  • Le crowdfunding
Intermédiaire

Le crowdfunding, comment ça marche ?

Vignette
Vignette
Légende
Le crowfunding, comment ça marche ?
-
Crédits
Pixabay
Le crowdfunding est directement lié aux technologies du web 2.0, de la culture et de l’économie du partage. Vous voulez réunir des fonds en faisant appel à un collectif de contributeurs ? En fonction de votre projet, de vos besoins et de votre état d’esprit, vous pouvez recourir à 3 formes de contribution : le don, le prêt ou la prise de participation aux fonds propres.

Le don

L’appel au don est en général plutôt utilisé pour les projets personnels, humanitaires et associatifs. La levée de fond ne dépasse pas 3 000 à 4 000 euros.
Le principe est simple : vous sollicitez en ligne un soutien financier auprès des internautes intéressés par votre projet, avec ou sans récompense. Lorsqu’il y a contrepartie, elle est symbolique. Un petit objet en lien avec votre projet, comme un porte clé, une carte postale, un T-shirt « logoté » marqueront le coup.
Vous pouvez aussi proposer aux internautes un préachat pour un objet qu’ils vont contribuer à financer, comme par exemple, un disque ou un livre. Si vous avez assez de contributeurs et que cet objet voit le jour, chaque contributeur se verra offrir un exemplaire.
D’après Financement participatif France, 2 projets sur 3, soutenus par des dons, relèveraient le défi du crowdfunding. Ce sont les jeunes qui se montrent le plus philanthropes : près de la moitié des financeurs a moins de 34 ans.

Le prêt

Vous demandez qu’on vous prête de l’argent sans intérêt ou avec intérêt, mais sans caution ni garantie. Le prêteur prend donc un risque.
Le taux de crédit est en général de 5 à 8%. Une fois l’accord conclu, vous vous engagez à rembourser le prêteur, sur une durée qui va généralement de 2 à 5 ans.
La somme réunie peut vous permettre de disposer de liquidités ou de financer des investissements immatériels, tels une formation, un logiciel, une étude, une campagne publicitaire…
Le don comme le prêt peuvent vous aider à obtenir d’autres financements auprès des banques ou des subventions, jouant un effet levier.

La prise de participation aux fonds propres

Elle est réservée aux start-up et PME de croissance ayant validé leur modèle économique qui cherchent à lever entre 100 000 euros et 1 million d'euros (maximum autorisé selon Art 411-2 du code monétaire et financier).
La prise de participation des contributeurs, particuliers souhaitant investir leur épargne dans les PME, peut être rémunérée sous forme de dividendes si l’investissement s’est fait en capital. Les contributeurs sont alors des actionnaires de votre société. S’ils vendent leurs parts à un prix plus élevé qu’ils les ont achetées, ils toucheront alors une plus-value.
Cette prise de participation peut aussi être rémunérée en obligations (intérêts) ou en royalties (commissions sur le chiffre d’affaires).
Les contributeurs bénéficient d’avantages fiscaux : réduction d’impôt allant jusqu’à 18 % des sommes investies ; rabais de 50% des sommes investies pour les redevables de l’ISF.

Média
Légende
Le crowdfunding en France
-
Crédits
Agence France Entrepreneur
Média
Légende
Etapes du crowdfunding
-
Crédits
Agence France Entrepreneur
Comprendre
Article
Source
Agence France Entrepreneur
Auteur
Agence France Entrepreneur

VOIR AUSSI…