Comprendre
Article
Débutant

L'entreprise individuelle : un statut souple et engageant !

Vignette
Vignette
Légende
L'entreprise individuelle, un statut simple.
-
Crédits
Pxhere - CC0 Domaine public
Simple à mettre en œuvre et à gérer au quotidien, l’entreprise individuelle (ou EI) permet de démarrer une activité indépendante en douceur. 4 clés pour comprendre ce statut.
Média
Légende
cerfrance
-
Crédits
cerfrance

 

  1. Un fonctionnement simple 

    La constitution d’une EI est simple : pas de statut à rédiger, pas de capital social à réunir, il suffit de déclarer votre entreprise auprès du registre du commerce et des sociétés (commerçants), du répertoire des métiers (artisans), ou de l’URSSAF (professions libérales). Qui plus est, la création d’une EI implique peu de frais.

    Au quotidien, votre gestion est facilitée : vous seul prenez les décisions, et vous n’avez pas d’assemblées générales à tenir. 

  2.  Une responsabilité totale et indéfinie 

    Votre patrimoine personnel ne fait qu’un avec celui de votre entreprise. En d’autres termes, vous êtes indéfiniment responsable de vos dettes professionnelles sur la totalité de votre patrimoine, à l’exception de votre résidence personnelle.

    Vous pouvez également protéger l’ensemble de vos autres biens immobiliers et fonciers (résidence secondaire, terrain) en souscrivant chez un notaire une déclaration d’insaisissabilité. Enfin, vous pouvez également vous interroger sur l’opportunité d’adopter le statut d’EIRL (entrepreneur individuel à responsabilité limitée).

  3. Vous bénéficiez d'un régime fiscal simplifié. Avec ce statut, l’entreprise ne paye pas d’impôt sur ses bénéfices, contrairement aux sociétés. En revanche, ils seront soumis à l’impôt sur le revenu au nom du chef d’entreprise. Et ce, même si le chef d’entreprise décide de laisser ce bénéfice dans l’entreprise pour conforter sa trésorerie.
  4. Régime social : une protection spécifique à votre statut 

    En tant que travailleur indépendant, vous bénéficiez d’une couverture sociale pour :

    - l’assurance maladie ;

    - l’arrêt de travail (indemnités journalières sauf professions libérales) ;

    - la retraite ;

    - l’invalidité et le décès ;

    - les allocations familiales.  

         Conseils de pros ...

           Même s’il n’est pas nécessaire de disposer de capital social pour lancer votre Entreprise Individuelle, prévoyez tout de même un apport financier. Il permettra de couvrir les besoins de trésorerie liés au lancement de l’activité et de financer tout ou partie de vos investissements. L’objectif : disposer d’une enveloppe financière, appelée Fonds de Roulement.

Comprendre
Article
Source
Cerfrance
Auteur
Cerfrance

VOIR AUSSI…