Portrait
Débutant

Avec son associée designer, il crée des chaussettes uniques, dans tous les sens du terme !

Swann, 25 ans
Cofondateur de Quatuor
Vignette
Vignette
Légende
Swann Fernandez
-
Crédits
Quatuor
Un concept audacieux et rock'n’roll, arty jusqu’à la pointe des pieds, mais 100 % made in France, c’est le pari gagnant des chaussettes Quatuor, lancées par Swann Fernandez, jeune entrepreneur toulousain de 25 ans.

À 25 ans, Swann est devenu en quelque sorte le gourou de la chaussette… dépareillée. Dépareillée, mais stylée ! Voici le concept de Quatuor, la marque que le jeune entrepreneur a cofondée avec Lucie Der Krikorian, graphiste, et dont ils ont tous deux officiellement déposé les statuts en octobre 2018.

L’entrepreneuriat chevillé au corps

En réalité, l’entrepreneuriat n’a pas de secrets pour le jeune homme. Après un bac S obtenu dans un lycée de la région de Toulouse, dont il est originaire, Swann opte pour une licence en économie à la fac, assortie d’un cursus TSE (Toulouse School of Economics) « pour viser un peu plus d’excellence », précise-t-il. En 2013, il rejoint en 3e année une formation en management à l’IAE (institut d’administration des entreprises). Le programme intitulé « Stratégie de l’entreprise », lui donne des ailes, au point qu’il décide, au bout de deux mois, de créer sa première société avec 3 copains de promo. « Les Frenchies », marque de coques pour iPhone made in Toulouse, développe vite son propre site marchand. « L’idée était de se roder, de passer de la théorie vue en cours à la pratique », raconte Swann. En master en alternance à l’IAE, il est embauché comme consultant en création d’entreprise dans une petite agence de conseil locale. Côté projet, les modèles des Frenchies se vendent, mais l’entreprise, autofinancée, manque de moyens pour aller plus loin, et chaque associé, arrivé en fin d’études, veut suivre son propre chemin.

La mode à ses pieds

La passion de la stratégie d’entreprise ne quitte plus Swann. À l’été 2016, fraîchement diplômé de son master, il a tiré tous les enseignements du demi-échec des Frenchies et décide, avec une partie de l'ancienne équipe, de créer un nouveau concept. Il a pris conscience que sa bande d’amis de promo et lui portaient tous des chaussettes aux motifs originaux. « Chacun avait à cœur de les mettre en valeur comme accessoire de mode à part entière, y compris quand elles étaient dépareillées, parce que le vrai problème des chaussettes, c’est qu’elles sont souvent orphelines », s’amuse-t-il. Cofondée avec son associée graphiste Lucie Der Krikorian, Quatuor, marque de chaussettes vendues à l’unité, est officiellement créée en octobre 2018.

Média
Légende
La mode à ses pieds
-
Crédits
Quatuor
De l’audace, du style, du savoir-faire français

Avec un mot d’ordre en commun, l’audace, et sans délocalisation. En remportant un prix lors d’un concours d’étudiants-entrepreneurs, Quatuor intègre un incubateur toulousain. Bientôt l’équipe s’étoffe, et Swann, aidé de Lucie, clef de voûte de la partie artistique des produits, dont elle crée tous les motifs, loue des bureaux.    « On a levé des fonds, décroché un prêt de 40 000 € plus une subvention de 20 000 € grâce à la bourse French Tech, et avec ça, on a fait travailler des acteurs français du textile situés à Limoges », se réjouit Swann. La première collection, 13 modèles en tout vendus uniquement sur Internet, sort en octobre 2018 et fait un carton. En cours de fabrication, la suivante s’appuie sur des financements privés issus de banques et d’investisseurs. La marque compte désormais sur une communauté engagée et sur un premier salarié. Le conseil de l’heureux fondateur de Quatuor à d’autres jeunes ? « Entreprendre ne s’apprend pas en étant salarié dans d’autres structures, donc, foncez ! » De l’audace, toujours de l’audace. Au singulier ou en duo, comme les chaussettes.

    

Aller plus loin...

La bourse French Tech est un dispositif de financement destiné aux jeunes entreprises innovantes porté par BPI France. Cette subvention (jusqu'à 30 000 euros) s'adresse à tous les porteurs de projets innovants à fort potentiel de croissance, au cours de leur première année de lancement. 

Pour vous renseigner sur cette subvention, c'est par ici.   

Portrait
Auteur
Nathalie Hélal, Kangae

VOIR AUSSI…