Menu
Comprendre
Témoignage
  • Être pompier, un engagement
Débutant

Laetitia Maik, sapeur-pompier professionnel

Laëtitia Maik, 38 ans
Sapeur-pompier professionnel
Vignette
Vignette
Légende
Laetitia Maik, sapeuse-pompière professionnelle
-
Crédits
Onisep
Le parcours de Laëtitia est atypique. Jeune étudiante et sapeur-pompier volontaire, elle se destinait à devenir professeure d’histoire. Cependant, elle se rend compte que l’enseignement ne lui plaît pas. Intéressée par les métiers de la sécurité, elle passe alors le concours pour devenir gardienne de la paix mais ne se retrouve pas dans cet univers. Elle décide de devenir pompière professionnelle en 2011.
Pourquoi avez-vous souhaité devenir pompière professionnelle ?

Je voulais aider les autres et m’engager totalement. J’étais attirée par les valeurs véhiculées par ce métier : la bienveillance, l’empathie et l’aide à autrui. Ces qualités d’entraide prennent tout leur sens dans mon domaine. Les missions ne sont jamais les mêmes : parfois, certaines gardes sont très calmes ; parfois, nous sommes sollicités plusieurs fois pour intervenir à cause d’un malaise, d’un accident de la circulation, etc. Même un accident de la circulation ne ressemble jamais à un autre. On peut aussi se spécialiser, évoluer ou passer des concours : il n’y a jamais de routine.

Quelle place cet engagement prend-il dans votre quotidien ?

"Je voulais aider les autres et m’engager totalement."

On est pompier 24 heures sur 24. Mon mari est également pompier, ainsi que ma sœur, donc ils comprennent le sens de cet engagement. Ma fille de 8 ans connaît déjà les premiers gestes de secours et sait comment réagir s’il nous arrive un accident. 
Quels sont vos projets ?
J’ai longtemps travaillé en SHR (service hors rang), c’est-à-dire que je travaillais la semaine en horaires de bureau. J’étais affectée à la formation. L’an dernier, j’ai réussi le concours de lieutenant 1re classe de sapeur-pompier. En poste à l’EDIS 62 (École départementale d’incendie et de secours du Pas-de-Calais), j’ai ensuite été nommée au CSP (Centre de secours principal) d’Hénin-Beaumont. Je suis actuellement ma formation de lieutenante 1re classe à l’ENSOSP (École nationale supérieure des officiers de sapeurs-pompiers) à Aix-en-Provence, qui va durer un an. Celle-ci est réalisée pendant mon temps de travail. J’aimerais ensuite me spécialiser dans les risques chimiques. La formation continue fait partie du métier et beaucoup de spécialités sont offertes. Les technologies évoluent et il est donc nécessaire de se former aux nouveaux risques comme ceux liés aux véhicules hybrides ou aux panneaux photovoltaïques. 

Aller plus loin...

Le parcours de Laëtitia vous inspire ? Alors faites comme elle et renseignez-vous sur "Devenir sapeur-pompier"

Quels conseils donneriez-vous à des jeunes qui souhaiteraient devenir pompiers ?

Le mot « engagement » n’est pas un vain mot. Il n’est pas à prendre à la légère et nécessite une implication forte. Il faut, au départ, des qualités de bienveillance et un intérêt pour les victimes.

Comprendre
Témoignage
Source
Onisep
Auteur
Onisep

VOIR AUSSI…