Témoignage
Débutant

Orlane : entreprendre même quand on n'a pas fait d'études

Vignette
Vignette
Légende
Orlane Vivoix
-
Crédits
Association Nationale des Groupements de Créateurs
Orlane Vivoix, 22 ans, a pour projet de créer un lieu de vie autour des médecines douces. Elle nous a raconté son parcours, les raisons qui la conduisent à entreprendre aujourd'hui et sa conviction qu'on peut réussir même sans avoir fait d'études.
Quel est votre parcours ?

J’ai d’abord obtenu un bac STG, puis j’ai essayé de faire une fac d’anglais à Paris, mais je n’y suis restée que 4 mois parce que ça ne me convenait pas. Par la suite, j’ai travaillé chez McDonald's et j’ai fait du ménage. Néanmoins, j’avais envie de trouver un projet qui me motive vraiment.
C'est alors que, grâce à la Mission Locale de Nemours, j’ai découvert le Groupement de Créateurs de Sénart. Ce réseau m'a accompagnée tout d'abord à l'émergence de mon projet, puis dans un second temps en formation au Diplôme d’Université de Créateur d’Activité (DUCA).

Quel est votre projet ?

Je souhaiterais créer un lieu de vie autour des médecines douces, qui rassemblerait des praticiens travaillant dans des domaines variés, tels que le shiatsu, l'acupuncture... Ce projet englobe également la vente de produits, des cours collectifs et éventuellement un pôle formation. Actuellement je réalise la première étape du business plan qui consiste à délimiter et à déterminer les différents paramètres du projet (volume de ma clientèle potentielle, coût de production, prix de vente, etc.). Cela me permettra de connaître la faisabilité du projet et son coût.

Comment vous est venue l'envie d’entreprendre ?

Tout d’abord, mon environnement familial m'a beaucoup influencée : mes deux parents sont chefs d’entreprise et auto-entrepreneurs. Je les ai vu faire évoluer leur entreprise et cela m’a encouragée à suivre cette voie. Ma mère a suivi une formation pour devenir maître shiatsu, cela m’a donné envie d’aider les gens à découvrir ce domaine qui n’est pas assez connu.
J’ai également réalisé que sans formation, j’allais faire un travail qui ne me plairait pas. J’allais travailler pour le rêve de quelqu’un d’autre. De plus, je n’aurais pas eu d’opportunité d’évolution. Je veux créer mon projet à moi et y consacrer mon énergie.
Un livre a aussi eu une influence importante sur moi : « A tous ceux qui ont eu la chance de rater leurs études », [d'Olivier Roland, N.D.L.R.]. Ce livre m’a donné l’envie d’être entrepreneur car il casse les clichés : on peut être jeune, ne pas avoir fait d’études et réussir quand même.

Qu’est-ce que l’accompagnement et la formation du Groupement de Créateurs vous apportent ?

Avant mon entrée dans le Groupement de Créateurs, ce projet était de l’ordre du rêve. Cet accompagnement m’a renforcée dans la conviction que je voulais et pouvais monter mon projet.
La phase 1 d'émergence m’a donné une direction, et m'a aidée à rendre mon projet plus clair et réalisable. La phase 2 de formation m’aide à structurer mon projet et à faire en sorte qu’il soit réalisable. A présent, je me rends compte que c’est une réalité et que, désormais, je dois travailler pour donner vie à ce projet. En résumé, le Groupement de Créateurs m’a apporté une vraie confiance dans mon projet.
La formation me plaît car elle est ciblée sur les projets de chacun : il y a non seulement des cours collectifs très intéressants, mais aussi des entretiens nous permettent d’être bien suivis individuellement. C’est important, car quand on est seul, avoir une idée et avoir la motivation de la réaliser ne suffisent pas. En effet, il y a beaucoup de choses à connaître, par exemple quelles informations recueillir pour réaliser son projet.
C’est un accompagnement que je conseillerais à tous les jeunes dépités par des études trop longues ou qui ont le sentiment d’être perdus par rapport à ce qu’ils veulent faire. Ce dispositif montre que tout est possible, chacun peut créer dans le domaine qui lui plaît. Il n’y a pas de limite.

D’après vous, est-ce que les jeunes peuvent entreprendre ?

Oui, bien sûr, il n’y a pas d’âge pour entreprendre. Néanmoins, il faut avoir une certaine maturité, avoir de la volonté et bien évaluer les risques.
Avant d’entreprendre, je pense que les jeunes devraient bien se préparer et suivre des formations pour apprendre notamment à comprendre et prendre en compte l'environnement dans lequel ils montent leur projet. Cela leur permettra de ne pas manquer un détail qui pourrait les faire échouer.

 

Aller plus loin...

Se lancer en étant accompagné(e), c'est mieux ! Pour connaître les coordonnées du Groupement de Créateurs le plus proche de chez vous, c'est ici ! 

Témoignage
Auteur
Cécile, Association Nationale des Groupements de Créateurs

VOIR AUSSI…