Portrait
Débutant

Solène a cofondé une start-up qui fait du bien à la planète en offrant une seconde vie au mobilier des hôtels

Solène, 25 ans
Cofondatrice du Cozy Corner
Vignette
Vignette
Légende
Solene Seiler
-
Crédits
Cozy Corner
Le mobilier professionnel – de l'hôtellerie en particulier – est renouvelé tous les 2 ou 3 ans. Comment éviter le gaspillage ? C'est en participant à un concours de création de start-up que Solène Seiler et Marine Gérard ont trouvé la solution. L’aventure des concours Pépite, jusqu’à la consécration finale du grand prix remporté l’an dernier, les aidera à lancer Le Cozy Corner, une jeune pousse 100 % écoresponsable aux grandes ambitions.

Elle ne s'est jamais imaginée salariée. Après un bac L et un cursus de danseuse classique au Conservatoire, c’est vers une formation d’attachée de presse à l’EFAP que se tourne Solène Seiler. Au retour d’un semestre d’études en Californie, avant son MBA, elle entend parler d’un concours, l’Australian e-challenge, en partenariat avec l’université d’Adélaïde… 

2,7 millions de tonnes de mobilier au rebut

Avec Marine Gérard, sa meilleure amie de l’école, elles décident de tenter l’aventure : une start-up, à créer et à développer de A à Z. « On a brainstormé des heures ! », se souvient Solène. C’est du côté de l’histoire paternelle que vient le déclic : « Mon père a fait toute sa carrière dans le groupe hôtelier Accor. Je savais donc que les changements de mobilier dans l’hôtellerie étaient un vrai gaspi, et qu’un tas d’objets encore en bon état finissaient à la déchèterie. » 

Leur solution : créer pour ces meubles et objets voués au rebut des ventes éphémères (points de vente temporaires) qui permettent aux particuliers de s’équiper design à bon marché.

En 2017, les deux associées lancent un business plan pour tester leur idée et découvrent avec surprise que le phénomène du renouvellement de mobilier touche en moyenne tous les 2 ou 3 ans d’autres secteurs : bureaux, restaurants et loueurs de matériel événementiel… Au total, ce sont 2,7 millions de tonnes de mobilier qui sont jetées chaque année. 

Boostées par le réseau Pépite

Au mois de mai, les deux complices décrochent la 3e place du concours et reçoivent du jury australien un chèque équivalant à 2 000 € qui les motive plus que jamais. Aussitôt, le projet de création de leur entreprise, mené avec le statut étudiant-entrepreneur, switche avec le traditionnel stage de fin d’études. Afin de passer en phase opérationnelle dès la rentrée 2017, les filles sont coachées et hébergées par le Pépite PON (Paris Ouest-Nord) de Nanterre. « C’est là qu’on a commencé à développer un réseau de folie, entre avocats, business angels, comptables, etc. », raconte Solène.

Le bouche-à-oreille aussi fait le job : contactées par une société de location de mobilier, elles organisent leur première vente physique et déposent dans la foulée les statuts de leur Cozy Corner, en octobre. « Le succès de la vente a été inespéré : 3 000 personnes en 2 jours grâce aux réseaux sociaux, et 140 m3 de mobilier partis ce jour-là, dans un local parisien mis à notre disposition gracieusement par une propriétaire compréhensive ! », s’enthousiasme Solène. Côté business model, l’entreprise gagne de l’argent en récupérant une commission prélevée sur chacune des ventes réalisées.

Du seconde main haut de gamme

En pleine réflexion pour lancer leur site Internet, Solène et Marine rejoignent l’incubateur parisien Station F et son programme Pépite Starter. Ateliers hebdomadaires et accompagnement soutenu rythment leur quotidien.

Depuis, elles ont enchaîné 4 ventes en ligne sur leur site lancé en 2018, et 2 ventes physiques d’envergure. Lauréates du grand prix Pépite en novembre 2018, elles ont empoché 20 000 €. Une somme aussitôt réinjectée dans la refonte de leur site et dans l’achat de terminaux de paiement. « On est passées d’un site vitrine à un site e-commerce, de quoi faire du business quand on dort ! », sourit Solène. Visant un développement national dans les 2 ans à venir, l’ancienne danseuse fait baisser la pression en s'exerçant au yoga dans un coin de son salon. Business en tête et détente cozy au maximum. 

Portrait
Auteur
Nathalie Helal, Kangae