Comprendre
Témoignage
Débutant

Un titre mais aussi des devoirs

La transmission du savoir aux plus jeunes, une vertue importante chez les Compagnons Itinérants
Julie, 24 ans
Compagnon itinérante
Vignette
Vignette
Légende
Julie, compagnon en action
-
Crédits
Onisep
Julia, 24 ans, est Compagnon itinérante. De son Tour de France et de ses expériences à l’étranger, elle a gardé le goût du voyage mais elle n’en oublie pas pour autant ses devoirs : celui de transmettre aux plus jeunes ce qu’elle a appris.
Comment êtes-vous entrée chez les Compagnons du Devoir ?

Après mon bac professionnel métiers de la mode, je cherchais à faire un métier manuel. J’étais intéressée par la décoration intérieure, et un ami qui était en formation chez les Compagnons m’a parlé du CAP peintre applicateur de revêtement. Ça m’a intéressée, d’autant que j’aimais l’esprit des Compagnons.

Qu’est-ce qui vous attirait chez les Compagnons ?

Le Tour de France. J’aurais voulu partir juste après l’obtention de mon CAP, mais je n’ai pas été « adoptée » car je vivais dans une petite maison de Compagnons où nous n’étions que 6, alors que la plupart accueillent une centaine de jeunes. Je n’étais pas encore prête. Mon formateur m’a proposé de faire une année intermédiaire à Rennes dans une plus grosse maison. Nous étions plus de 80 en formation ou itinérants. Trois mois plus tard, je suis devenue « aspirante » et on m’a donné mon nom de province, « Flamande », car je viens du Nord. Un premier pas chez les Compagnons.

Comment s’est déroulé votre Tour ?

Je suis d’abord allée à Strasbourg pendant quatre mois, puis à Paris pendant un an, où j’ai passé mon BP. Après cela, je suis partie à l’étranger pendant près d’un an : en Inde en volontariat, puis en République tchèque. C’est une étape conseillée par les Compagnons pour l’expérience et l’ouverture d’esprit. Au retour, je suis allée à Bordeaux où, à la suite de mon « travail de réception », que d’autres appellent le chef-d’œuvre, j’ai été reçue Compagnon.

Qu’est-ce qui a changé depuis que vous êtes Compagnon ?

Être Compagnon, ce n’est pas juste un titre, ce sont aussi des devoirs, notamment celui de rendre aux plus jeunes ce que l’on a appris pendant au moins un an. On peut choisir le statut d’itinérant, de prévôt ou de formateur. J’ai choisi l’itinérance car j’aime voyager. Je suis actuellement en Normandie, toujours logée en maison de Compagnons. Je travaille la journée dans une entreprise et, le soir, j’encadre les jeunes. D’ici un an, j’aimerais partir à l’étranger chercher du travail...

Comprendre
Témoignage
Auteur
Onisep